Retour à l’accueil
 

chargé/e de clientèle banque

Nature du travail

Gérer les dossiers

Il suit au quotidien les comptes de ses clients et prend contact avec eux quand un incident se produit. Il s'informe par exemple sur les changements qui ont pu arriver dans leur vie et qui expliqueraient leurs difficultés financières. Il traite les éventuels litiges et négocie, le cas échéant, des réaménagements de contrats.

Proche de ses clients

Expert des questions bancaires, le chargé de clientèle aide ses clients à monter des dossiers de demande de crédit, négocier des autorisations de découvert, etc. Il les informe et conseille sur les produits et services de son établissement, en fonction de leurs besoins, mais aussi de leur situation économique. Avec la concurrence accrue des banques en ligne, le chargé de clientèle joue à fond la carte de la proximité et du service pour fidéliser ses clients.

Élargir le portefeuille

Doté d'un grand sens commercial, le chargé de clientèle prospecte en permanence de nouveaux clients, dans le secteur ou le segment de population qui lui a été désigné. Persuasif, il développe des argumentaires, relance ses interlocuteurs, met en avant les offres promotionnelles liées à une première souscription.

Conditions de travail

En agence

Le chargé de clientèle exerce son métier dans une agence où il dispose généralement d'un bureau personnel pour raison de confidentialité. Il converse avec ses clients au téléphone ou les y accueille, le plus souvent sur rendez-vous. Un ordinateur, une imprimante et un téléphone sont à sa disposition pour surveiller les mouvements de fonds, étudier la situation de ses clients ou les joindre.

Chez les clients

Les conseillers qui ont en charge un portefeuille de professionnels (artisans, commerçants, professions libérales) ou d'industriels sont amenés à se déplacer dans les entreprises pour rencontrer leurs clients en fonction de leurs disponibilités. Les horaires de travail peuvent alors être irréguliers. En outre, les chargés de clientèle particuliers ou professionnels sont soumis à des objectifs chiffrés dont dépendent une partie de leur revenus, ce qui peut provoquer un certain stress.

Une bonne part d'autonomie

Le chargé de clientèle est l'interlocuteur privilégié de ses clients pour lesquels il sert d'interface avec la banque. Cela lui donne beaucoup d'autonomie dans ses décisions et initiatives. Il est généralement rattaché hiérarchiquement au responsable du marché (des particuliers ou des professionnels) ou directement au directeur de l'agence dans les petites structures.

Vie professionnelle

Des recrutements importants

Afin de soutenir une vague importante de départs à la retraite, les 37 862 agences bancaires françaises ont recruté massivement des chargés de clientèle et continuent de le faire malgré la conjoncture. L'Observatoire des métiers de la banque a recensé 3 530 embauches de chargés de clientèle pour l'année 2012. À noter que, dans ce métier, les femmes représentent 70% des effectifs et que les moins de 30 ans y sont largement représentés avec 58%. Le secteur bancaire, fort de ses 390 banques, est un des premiers employeurs du secteur privé.

Un éventail de spécialités

Dans certaines banques, les chargés de clientèle sont spécialisés sur un type de transaction : immobilier, matières premières, placements boursiers, etc. Mais la principale distinction porte sur la clientèle qu'ils prennent en charge : particuliers ou professionnels. Généralement les jeunes diplômés commencent par la clientèle des particuliers.

Une porte d'entrée

Avec l'expérience, un chargé de clientèle peut devenir chef de produit marketing, gestionnaire de patrimoine ou analyste de crédit. Autre possibilité : l'évolution en interne vers un poste de responsable d'antenne, de directeur d'agence ou de chargé de mission (ce dernier métier s'exerçant au siège).

Compétences requises

Le goût du défi

Soumis à des objectifs chiffrés, le conseiller doit faire signer un maximum de contrats sans pour autant forcer la main et perdre la confiance de ses clients. Cela nécessite du savoir faire et un bon sens commercial. L'écoute et le pouvoir de conviction sont des qualités importantes.

Un bon contact

La force d'un conseiller, c'est sa capacité à nouer des relations chaleureuses avec ses clients et à recueillir des informations personnelles. Plus un conseiller connaît la vie de son client (mariage, divorce, enfants, projets d'achat immobilier...), plus il est à même de lui proposer des solutions adaptées à ses besoins. Relativement autonome, le chargé de clientèle sait prendre des initiatives et des décisions.

Des connaissances variées

Le chargé de clientèle connait parfaitement les produits financiers, les possibilités de sa banque et il suit avec attention l'évolution des marchés, il joue un rôle d'expert auprès des particuliers. Face à une entreprise, il doit faire appel à ses connaissances juridiques et fiscales et être capable d'évaluer les risques liés à telle ou telle opération. En cas de doute, il peut prendre conseil auprès d'un gestionnaire de patrimoine ou d'un analyste de crédit. Il doit donc aussi avoir un bon relationnel au sein de son entreprise.

Salaire

Salaire du débutant

Entre 2000 et 2500 euros brut par mois, sachant que, dans le secteur bancaire, il n'est pas rare d'être payé sur 14 voire 15 mois. Au salaire de base peut s'ajouter des primes lorsque les objectifs commerciaux sont atteints.

Etude de rémunérations Robert Half 2015

Accès

Selon le type de clientèle, le niveau requis varie de bac + 2 à bac + 5. Pour une clientèle de particuliers, un niveau bac+2/3 suffit (c'était le cas de 70% des recrutés en 2012), avec une prédilection pour les formations en alternance. Pour se voir confier un portefeuille de grandes entreprises, mieux vaut viser un bac + 5 (master pro) dans le secteur de la banque et de la finance.

Niveau bac + 2
  • BTS banque, conseiller de clientèle (particuliers) ; négociation et relation client (NRC) ; management des unités commerciales (MUC) ;
  • DUT techniques de commercialisation (TC) ; gestion des entreprises et des administrations option gestion et management des organisations (GEA GMO)
  • DEUST banque, organismes financiers et de prévoyance
Niveau bac + 3
  • Licence pro dans le domaine de la banque, de la finance et de l'assurance ;
  • Diplôme d'école de commerce
Niveau bac + 5
  • Master pro dans le domaine de la banque et de la finance ;
  • Diplôme d'écoles supérieures de commerce avec spécialisation en banque-finance.

Références

  • Les métiers de la banque, de la finance et de l'assuranceParcours2016Onisep9782273012829
  • Les métiers de la banquePourquoi pas moi ?2014Onisep9782273012249
Partager
Ajouter à mon espace
Effectuer une nouvelle recherche
Ces métiers peuvent aussi vous intéresser :